Du côté de chez Jean

Ardèche – Pentecôte 2013
J’étais parti de bon matin de Genève, sous un ciel assez peu menaçant. Mais la température basse m’a
obligé à passer assez vite mes gants d’hiver. La route est humide et assez grasse jusqu’à
Pont-en-Royans, ci-dessous
La Combe Laval a quelque chose de magique. Pas une voiture sur la route tortueuse et un pâle soleil
m’accueille au sommet. J’ai tout de même passé la combi de pluie, au cas où !
Je sais que lundi sera magnifique et un peu de pluie
désagréable dimanche vaut bien qu’on la supporte pour
l’échanger contre un jour radieux. 
Dans mon casque, Mort Shuman m’assure qu’il neige sur le
Lac Majeur. Je veux bien le croire.
Hôtel La Castagno
Je suis en fait parti en pèlerinage en Ardèche, dans le village de Jean Ferrat. Il a accompagné pas mal de
mes heures de jeunesse, et je veux aller sur place voir sa tombe et sa maison, un sobre musée aussi. Je
ne suis pas fasciné par son engagement politique, que je ne partage pas, mais plutôt par son
engagement poétique. Certaines de ses chansons sont une pure merveille.
Que de petites routes tortueuses. Je m’arrête parfois pour contempler le paysage ou pour bénir les
chevaux
!
C’est comme ça, élites !
Ne posez pas de
questions !
J’arrive après 7 heures de routes lentes et belles. Un pèlerinage, je vous dis ! Je trouve un hôtel et je me
rends in situ
Le lendemain, le ciel est éclatant et je me suis
concocté un petit itinéraire de retour des plus
amusant .

Dans mon casque en partant :

“Des genêts de Bretagne aux bruyères d’Ardèche
Quelque chose dans l’air a cette transparence
Et ce goût du bonheur qui rend ma lèvre sèche.”

Assez
prometteurs
les virolos !
750 km en tout.

En vert, le retour.