Une autre version du Flat Twin, l’Ural Solo Classic

Ural 650 Solo (2010)

– pas d’injection
– démarrage au kick

– additif pour l’essence sans plomb
– cardan
Pas de gadget inutile. La plus simple expression du “tableau de bord” : un compteur
de vitesse, et une remise à zéro des km journaliers.
Au bas : un bouton triangulaire qu’on tourne pour serrer la direction.
L’essence ? On ne sait pas où on en est.
Second sélecteur de vitesse derrière la botte droite, qui vient doubler le sélecteur
principal sous la botte gauche.
Le maître de l’Ural SideCar, c’est Hubert, parti pour 10 années autour du
monde. Il en est à sa 6e année. Voici ses photos